• Conclusion – les jours qui suivent,   

    notre aventure est finie

     

    Je suis née et ai vécue mes premières années au Cameroun, je l'ai quitté, j'avais 9 ans et demi. Au départ, ce voyage devait remplir des vides, les images de ma petite enfance, répondre à des questions. Je voulais découvrir un pays que je ne connaissais pas.

     Notre Grande Aventure au CAMEROUN 34

     

    En contactant "Évanéos", ma demande était simple, Découvertes.

     

    Durant 6 mois, Robert Tchabda, leur agent sur le Cameroun, nous a aidés à programmer ce voyage, dans les moindres détails et je peux vous dire que les détails étaient nombreux.

     

    Mes envies ?

    • Découvrir le Cameroun, Robert nous a concocté un circuit superbe, de merveilleuses découvertes étaient au rendez-vous.
    • Goûter les produits locaux, nous avons mangé du manioc, du taro, du macabo, des bananes plantains, et puis de la chèvre, du zébu, du porc-épique, du crocodile, du poisson, des crevettes, enfin des ananas, des papayes d'une qualité incomparable, et d'autres choses dont je ne me souviens plus…
    • Tenter de retrouver une école ou plutôt un site, on y est allé, peut-être est-ce elle, peut-être pas, mais j'ai découvert un site qui m'a plu.
    • Traverser des villes dont j'avais entendu parler dans ma jeunesse, Robert nous a emmener sur la route des chefferies, et tous les endroits dont mes parents parlaient, faisaient l'objet d'émerveillements, parfois de déceptions.
    • Et retrouver éventuellement des traces du passage (1949-1961) de Papa, j'ai retrouvé l'étude où il travaillait, ainsi que l'épouse de Maitre Battu, avocate elle aussi, avec qui et pour qui, il a travaillé.
    • Et surtout, Robert devait nous en mettre plein les yeux. Mission accomplie, j'ai engrangé des photos pas toujours excellentes mais avec des histoires qui s'y accrochent, et des souvenirs plein la tête, que je me suis dépêchée de coucher sur papier, pour en garder des traces et pouvoir vous faire partager cette merveilleuse aventure.
    • Nous avons découvert des gens chaleureux, une population pittoresque, avec des traditions, des coutumes, des croyances.
    • Robert nous a fait entrer dans sa famille, et une belle amitié s'est créé entre nous, nous avons été accueillis comme si nous étions de la famille, des amis qu'ils n'avaient pas vus depuis longtemps et heureux de retrouver. Au cours de ce séjour, j'ai été nommée "Mafeun" de la famille et figure dans leur registre familial.
    • Nous avons fait environ 17.000 kilomètres en avion et pas loin de 1.000 kilomètres en 4*4.
    • Les quinze jours qui suivront ce voyage ont été difficiles, je suis restée sur mon petit nuage, j'étais de retour en France, mais mon esprit était encore au Cameroun.
    • Et puis il a fallu que je me réhabitue aux températures, très facile de passer du frais de novembre au chaud, mais très dur de passer du chaud au froid de décembre…

     

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 34

    Ce voyage a été du pur  bonheur.

      

    Que pourrais-je souhaiter de plus…

     

    Y retourner… Oui ! Vous avez bien entendu ! J'ai encore des choses que j'aimerais voir, en s'enfonçant un peu plus dans le nord…  Mais… Ceci est une autre histoire… Qui sait ce que demain nous réserve…

      

     

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 34

    Voyage du 23 novembre au 1er décembre 2016

     

    Cet ouvrage, issu de nos photos et souvenirs

    A été fait en collaboration de Robert Tchabda, notre guide, qui en a effectué la correction

     

    Je remercie sincèrement

     

    • Évanéos, le site de voyage
    • Robert Tchabda, notre guide principal
    • Étienne, notre chauffeur
    • Saki, guide, partenaire de Robert
    • La merveilleuse famille "Mitouli"
    • Et les populations qui nous ont chaleureusement accueillis au cours de cet extraordinaire séjour.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 34

    Voilà c'est fini

    J'en ai intéressé certains, barbé d'autres

    Mais j'ai été heureuse de partager ces instants avec vous

    Merci à ceux qui ont eu la patience de me lire.

     

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 34

    Partager via Gmail

    12 commentaires
  • 1er décembre – dernier jour de notre aventure


    Nous avons tous les deux la tête dans le sac, mauvaise nuit, en plein courant d'air. Atterrissage insupportable, mes tympans m'ont terriblement fait mal et ma tête va exploser.
    Il est 5 heures 45, nous sommes arrivés à Bruxelles. 

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 33


    Prise en charge, je raconte nos déboires de l'aller, la façon dont nous avons été oubliés dans le hall d'attente. Je plaisante avec le jeune. L'atmosphère est malgré tout détendue. Il nous dépose juste à l'entrée du sas d'embarquement. Nous devons attendre 4 heures notre correspondance.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 33

    Oui mais, 4 heures c'est long, et j'ai une envie pressante, c'est où, et j'y vais comment, fatiguée et encore ivre de ce fichu atterrissage, je pars en carrosse.

    Décidément Bruxelles n'est pas au top, l'indication pour les fauteuils roulants, il faut deviner, et pour entrer, sans aide, c'est impossible. Heureusement pour moi, il y a des passagers prévenants.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 33

     Pat a tenté de me prendre en photo, mais j'ai été plus rapide, il a faillit me rater. Fou rire !

     Notre Grande Aventure au CAMEROUN 33

    Une petite pause café nous fait énormément de bien.

    À cause de notre mauvaise expérience, Pat va se renseigner à plusieurs reprises

    Le temps passe, et enfin nous voyons une hôtesse de l'air ouvrir son guichet. Pat se précipite, pour la énième fois il explique. La jeune femme nous rassure et me met devant la porte, personne ne pourra passer avant nous, Ouf !

     Notre Grande Aventure au CAMEROUN 33

    En attendant, je fais les 100 pas. Fou rire !

     

    C'est le départ, on m'accompagne à l'avion, Pat me suis mais il tire un peu la patte, il boitille.

     

    Nous sommes installé par un steward, ce jeune homme, avec un délicieux accent qu'il ne peut renier, sera à notre écoute et notamment fera ce qu'il peut au moment de l'atterrissage pour me soulager, 2 gobelets en carton, contenant une serviette chaude mouillée avec un liquide rouge sentant le camphre, à placer comme des écouteurs. Hélas j'ai si mal que je ne peux dire si cela m'a soulagée ou pas.

     

     

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 33

    Là haut, il ne doit pas faire chaud, le givre a envahi l'aile de l'avion. Pat plaisante, l'aile doit peser une tonne, elle va casser, nous voilà en plein film catastrophe …

     

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 33

    Nous ne sommes pas bien loin de l'arrivée. Pat remarque une petite colonne de fumée. Il doit y avoir un bon feu ?

    Avec le zoom il tente de voir pas facile, cependant il lui semble reconnaître le site, et si  

    Au fur et à mesure que l'on s'approche, plus de doute, c'est l'usine nucléaire de Golfech.

    Tout à coup la douleur aux tympans me reprends, on décélère, on est en approche de Toulouse. Avant même que l'hôtesse nous déblatère son message, je savais que l'on atterrissait.

     Notre Grande Aventure au CAMEROUN 33

    Nous sommes posés et je suis vidée, ivre, la tête me tourne, j'ai du mal à me lever.

     

     Nous entrons dans le hall pour récupérer nos bagages. José est là pour nous récupérer.

    Et là ! Mauvaise surprise, notre valise est éventrée. Heureusement que nous l'avions fait filmer au départ à cause d'une fermeture éclair abimée et d'un cadenas arraché. Mais là ! Elle est foutue.

     Notre Grande Aventure au CAMEROUN 33

     
    À droite la poche abîmée que l'on ne pouvait plus fermer.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 33

     Cerise sur le gâteau ! La serrure du dessus de la valise, ne tient plus que grâce aux glissières.

     Notre Grande Aventure au CAMEROUN 33

    Nous faisons une déclaration en règle auprès de la compagnie "Brussels Airlines". Quelques jours plus tard, à notre grand étonnement, nous recevrons une autre valise en remplacement, sans mot, sans explication, juste un bon de livraison à signer.

    *

    José nous conduit chez lui, il nous a préparé un petit repas. C'est gentil, je dois reconnaître que c'est bienvenu dans la mesure où après ce voyage, j'aurais été incapable de préparer un repas.

    Quand à Elfy, elle est venue à notre rencontre, mais sans faire la fête à laquelle je m'attendais. Elle a boudé.

    José et Ita veulent tout savoir, moi je suis encore toute excitée de tout ce que j'ai vu. Je suis euphorique, volubile. Des photos, on veut voir, j'en montre quelques unes, je promets, je vais trier et je vous les donnes.

    Nous rentrons, Elfy est sur mes genoux, mais ce n'est pas ça. Elle nous pardonnera un peu plus tard.

     

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 33

    Voilà ! Notre voyage est terminé !

    Nous avons refait, à regrets, le chemin en sens inverse ! Environ 8200 kilomètres.

     

    LA CONCLUSION ...

     

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 33

     

    Partager via Gmail

    6 commentaires
  • 30 novembre – huitième jour de notre aventure (3/3)

     

     Lorsque j'ai fais valider mes billets de retour, j'ai appris que je pouvais avoir une valise supplémentaire sans frais. Chacun de nous deux peux avoir sa propre valise et son bagage à main, je suis soulagée, la valise est bourrée à craquer. Vous avez remarqué quand vous partez en vacances, le linge propre à l'aller, tient moins de place, que le linge sale au retour. Si l'on ajoute les babioles, souvenirs de vacances, c'est encore pire. La valise de l'aller a fait plein de petits paquets à coté. Rire !

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 32

    Je confie de l'argent à Robert et Monique la reine du marchandage, pour qu'il m'achète une valise supplémentaire.

     Ensuite nous irons acheter du tissu, j'ai envie de rénover nos penderies. Pas trop de choix où l'on était, pas le temps d'aller ailleurs

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 32


    Et enfin encore, il me manquait quelques petites choses, que je n'ai pu trouver jusqu'à présent.

    Et tourne que je te tourne, la circulation est une vaste panique, les motos qui passent sous ton nez alors que tu ne t'y attends pas, les croisements que tu franchis avec une grande patience.

     

     Notre Grande Aventure au CAMEROUN 32

    Monique nous emmène dans une zone artisanale, et mon argent en main, elle tient tête pour me faire avoir les meilleurs prix, une vraie lionne.

    Petit incident, j'ai du mal à assumer cette nuée d'abeilles qui me harcèle pour forcer leur vente, je me débats comme je peux devant leurs insistances et, je craque, je fond en larme. Robert intervient auprès du responsable de la zone qui ne comprend pas ma réaction, leur attitude est normale pour eux.

    Tout se termine bien, les yeux plein de larmes, je ferais un tout dernier achat, un gros éléphant qui m'avait fait un gros clin d'œil, mais que j'avais refusé, trop cher, le prix sera baissé de plus de la moitié du prix initial, j'acceptais à la seule condition, ce sera l'ultime achat, je ne veux plus voir personne. Promis, d'accord.

     

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 32


    Nous retournons chez Monique, nous nous changeons pour prendre l'avion, dédoublons la valise. Étienne me remplie une autre bouteille de terre que je cache dans le linge sale. J'emporte 6 noix ce coco, Monique me donne un bocal de cacahuètes. Dernières embrassades et larmes de joie, on reste en contact par mail et sur "skype". Direction l'aéroport, le trajet est calme, je suis triste de partir, j'aurais voulu …

    8 jours c'est bien trop court, il aurait fallu 2 semaines, cela aurait été moins compressé et j'aurais pu voir encore bien d'autres choses, monter un peu plus au nord et voir des éléphants … le budget …

     

     Nous n'avons pas quitté Douala, mais j'ai quand même découvert une autre facette de la ville, les quartiers cossus. Je ne dis pas que cela me réconcilie mais disons que c'est un peu plus à mon gout, si l'on aime être une sardine.

    Toujours le même capharnaüm dans l'aéroport, notre valise ayant été un peu abimée à l'aller, je la fait filmer pour le retour, bien m'en a pris.

    Même panique pour nous installer dans l'avion, nous serons placés à coté des toilettes en plein courant d'air, nous avons tous deux choppé la crève.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 32

    Nous parvenons à nous endormir …

    À SUIVRE ...

     

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 32

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  • À la fin de la semaine dernière, nous avons été invités pour témoigner de notre "Grand Voyage" auprès de l'agence Parisienne d'"Évanéos". C'est notre guide qui a organisé notre court séjour.

    "Notre escapade"

    Départ 6h du matin après les événements de la veille, j'ai mal dormi, et j'ai un peu la tête dans le ... sac.

    Nous arriverons à 19 heures après avoir traversé Paris, cette cruche de Bimbo (le GPS), a refusé la "francilienne" en nous concoctant le trajet le plus court, et non le plus rapide, Grr ...

     

    "Notre escapade"

    Le lendemain, Robert peaufine son expo pour la soirée "Évanéos". 

    Puis vite il faut s'habiller, mais comme Cette présentation a été décidée en dernière minute Robert hésite sur sa tenue vestimentaire, je lui prête une chemise de Pat et nous partons.

    Là c'est le flux des fourmis parisiennes. Le RER, puis un dédales de couloirs, d'escalators et d'escaliers, dur de suivre le rythme. D'autant plus dur pour moi, qu'il a fallut que je porte Elfy, qui était effrayée par ces escaliers raides et ce flot de gens qui courent. Elle n'est pas très lourde, mais à force ces 8 kgs deviennent pénibles. 

     

    "Notre escapade"

    Enfin ! nous sommes dans les locaux, "rue Mogador, Paris 9ème, je suis fatiguée et m'écroule dans un fauteuil.

    "Notre escapade"

    Robert (au centre), sa fille et son frère

    Malgré notre retard, on attend, le démarrage est laborieux ...

    "Notre escapade"

     

    Après 12 minutes de cafouillage ...

    1 heure de présentation sur le Sénégal ... (trop long à mon avis)

    Enfin le CAMEROUN ...

    Une Présentation sur le vif, un rajout de dernière minute, mal préparée, mais bon ! On y était.

    25 mn plus tard, on a failli me zapper, je prends le micro à mon tour. Trop émotive, j'ai du mal et puis à vrai dire, je parle de mon rêve, mais je n'ai pas fait voyager mon auditoire, j'airais dû insérer quelques sites et non mon but personnel.

     

    "Notre escapade"

    Néanmoins, Robert et moi avons eu des retombées. Des gens intéressés sont venus parler avec moi et m'ont demandé des précisions sur notre voyages, auxquelles j'ai répondu avec enthousiasme. J'espère que notre guide aura des préparations prochainement, je le lui souhaite.

    Après une petite collation de spécialités sénégalaises et camerounaises, il nous faut reprendre les dédales du métro et RER, Mais cette fois ci on recherchera les ascenseurs. Bref, on est chez nos amis. Un petit repas "de là-bas", on rentre à l’hôtel ... 2h du matin ... oups !...

    Après une nuit trop courte, un petit déjeuner copieux et délicieux, Nous prenons congé,... à regret ...

    "Notre escapade"

    Il est 10 heurs du matin, et je prends le volant pour essayer de sortir Pat du dédale parisien ...

    Je vous parlerais du retour, plus tard ...

     

    "Notre escapade"

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • 30 novembre – huitième jour de notre aventure (2/3)

     

    Je désirais retrouver l'endroit où Papa travaillait lorsqu'il exerçait son métier d'avocat à Douala.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 31

    Robert a œuvré durant la préparation de notre voyage et fini par trouver. J'y suis. Ici figurent les plaques de son patron et celle de sa femme. Papa n'a jamais voulu avoir de plaque, même après le décès tragique de son patron, et bien qu'il ait toujours plaidé en son nom. Discrétion, hommage!

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 31


    Ici les plaques du patron de Papa, et de la femme de celui-ci avocate elle aussi.


    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 31

    Ayant réussi à obtenir le  numéro de téléphone de Madame, Robert demande si elle peut nous recevoir aujourd'hui, puisque nous repartons ce soir.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 31

    Elle nous donne rendez-vous en début d'après midi, je suis aux anges.

     

    En attendant nous allons déjeuner, dans un petit restaurent associatif, très accueillant, installé sur un grand balcon terrasse. 

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 31

    Une décoration succincte, avec ce petit tableau mural. Je suis admirative devant toutes ces œuvres. On dit les africains fainéant ou feignant*, mais au fil de notre voyage nous avons constaté qu'ils ont des mains en or et qu'ils en vivent, à leur rythme.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 31


     *les mots feignant et fainéant ont dans le langage courant le même sens. Pourtant, l'usage voudrait que l'on distingue un feignant, quelqu'un qui fait semblant de travailler (il feint le travail), d'un fainéant, qui lui ne fait clairement rien (il fait néant).

    Cette association, n'a pas seulement la fonction restauration, en repartant, nous avons vu des petites chambres à plusieurs lits, ils doivent également accueillir des pensionnaires

     Notre Grande Aventure au CAMEROUN 31

    Cette petite poupée a attiré mon attention, je l'ai photographiée sous toutes les coutures et je compte bien en faire une, de retour à la maison. Corps et tête bourrés, bras et jambes en fil de fer, le tout habillé joliment de tissu, il n'en faut pas plus pour une jolie décoration sur une table où ailleurs. Tout dépendra de la fonction qu'on voudra lui donner, ici porte cure dents ou porte salière.

     

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 31

     Monique, sœur de Robert, est venue nous rejoindre, Quel joie de la retrouver pour cette fin de voyage. Nous bavardons, elle questionne, je raconte, j'ai tant de choses dans les yeux et la tête que je suis un peu euphorique. Elle nous accompagnera plus tard pour les achats souvenirs, elle a des idées, des endroits.

     

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 31

    Je m'accroche à celui qui est le plus près pour franchir les obstacles. Durant tout ce séjour, j'ai toujours trouvé un bras pour m'aider, j'ai été choyée, dorlotée presque.

     

    Nous voici devant Maître Battu, une bien belle personne malgré son grand âge et son handicap, des yeux qui brillent et toujours le sourire aux lèvres.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 31

    C'est tout d'abord l'étonnement : Je ne vous connais pas. Normal, je me présente : Annick, fille aînée de Francis Tonanti-Bacci. Et je montre la photo de Papa, jeune homme de 30 ans, avec qui elle a travaillé. Je parle de maman, ma sœur.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 31


    Puis nous avons bavardé, autour de grands verres d'eau et de biscuits. Je tentais de ranimer ses souvenirs en lui parlant de Papa et les actions dont j'avais connaissance, son mari et le tragique accident. Elle me racontait sa vie, son association d'aide aux enfants qu'elle avait créé et le nombre d'enfants qu'elle avait aidés et pour certains d'entre eux, élevés.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 31

    Maitre Battu me redemande les photos, et me dit : il me rappelle effectivement quelqu'un (réalité ou politesse), elle me reparle de son mari, du tableau commémoratif, offert par des gens qui les connaissait tout deux. Mais je n'en saurais pas plus, mes questions demeureront sans réponses. Elle est fatiguée, nous nous retirons après quelques embrassades.

    À SUIVRE ...

     

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 31

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  • 30 novembre – huitième jour de notre aventure (1/3)

     

    Réveil. Après le petit déjeuner sur la terrasse, nous préparons les valises pour la dernière fois. Nous repartons pour Douala. Ce soir ce sera le départ pour la France.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 30

    Cette journée est encore bien remplie, un grand souhait à réaliser, des achats que j'aimerais emporter, des souvenirs que j'aimerais avoir, et des petites choses pour distribuer aux miens. Je voudrais que ce voyage soit mémorable pour tous.

      

    Tout au long de notre trajet, nous trouverons ce genre d'abris.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 30

    Hommes et femmes y disposent leurs récoltes. Vers midi, nous voyons même les gens y faire la sieste avant de repartir chez eux. 

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 30

    Nous arrivons à Douala. Le chauffeur va devoir redoubler d'attention.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 30

    Oui ! Il  y a des passages piétons, mais qui s'en soucie ici. Tout le monde fait un peu ce qui veut, s'il veut passer c'est à toi de faire attention.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 30


    Bizarre cette circulation, la partie médiane est à double sens, encadrée de chaque coté, par une allée piétonne ou cyclable, puis des bordures de trottoir, et enfin une route double voie dans le sens de celle qu'elle côtoie, le tout sur une très grande distance. Chaque voie, aurait une contre allée ?


    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 30

    À droite, un mur ? Pourquoi ? Des vendeurs à la sauvette ! La misère partout ! Douala est pourtant la plus grande ville portuaire du Cameroun qui brasse des millions. Qui en profite ?

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 30


    À gauche un immeuble habité, mais envahi par des petits commerces en tôles ou bois. En avant plan, une moto taxi, ils ne sont que 3, nous avons vu 5, un tout petit sur le réservoir, le père, 2 enfants et la mère et pour finir les sacs de courses. Mais si c'est vrai, je vous promets.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 30


    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 30

    À droite, un immeuble en construction, abandonné, et qui est ravagé au fil du temps. Cela pourrait servir pour éviter toutes ces cabanes sauvages … 

                           Pouah ! On met la climatisation en circuit fermé.

    Non ! Ce n'est pas du brouillard, mais les gaz d'échappement du camion qui nous précède. Vous ne le voyez pas, mais je vous promets qu'il est là.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 30

    Passage devant l'aéroport, soupir, ce sera pour ce soir, déjà hélas, pfft …

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 30


    Comme de nombreuses sociétés qui sont devenues internationales, cette banque luxueuse se trouve, ici, à Douala. Je dis luxueuse, c'est le rapport que je fais par rapport à tous ces baraquements qui existent tout autour. On va dire que dans ce coin, il y a des immeubles plus ou moins nantis. Mais il ne faut pas aller très loin, pour retrouver les bidonvilles. J'ai même été étonnée de trouver un "Super U", je croyais que c'était un magasin local. sourire !

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 30

    Je vous ai déjà parlé de votre permis de conduire, à points, que l'on peut hélas, perdre assez facilement en France.

    Je vous prouve qu'ici au Cameroun et bien non ! La flèche d'en haut vous montre un feu tricolore, vert pour nous en l’occurrence.


    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 30

    Mais la flèche du centre vous fait apercevoir des véhicules, qui apparemment s'en moquent. Et nous voulons aller en face, le demi tour est impossible tous les véhicules sont imbriqués, il nous faut patienter.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 30

    Nous mettrons 20 minutes pour passer ce carrefour, non, non, je n'exagère pas. 

     

    À SUIVRE ...

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 30

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • 29 novembre – sixième jour de notre aventure (7/7)

     

    Photo de groupe.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 29

    Notre offrande est toujours là où je l'ai mise, cependant il est en avant, et un des fils tient sa main dessus, je pense qu'ils sont reconnaissant. 

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 29

    La femme du chef me remercie (on me traduit) et m'embrasse. Je suis heureuse d'avoir donné de la joie avec un petit présent

    Ces gens vivent simplement de chasse et de cueillette, ils sont heureux ainsi. Que sommes-nous avec notre civilisation ? 

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 29

    Mais en fait, elle a une autre idée en tête, elle a louché sur mon collier, et avec de grands geste me fait comprendre qu'elle le veut.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 29

    Au secours Robert, qu'est-ce que je fais ? Il lui explique que c'est un cadeau que l'on m'a offert, ouf, on en parle plus.

    Remarque, que  si ça lui faisait tant envie, je lui aurais donné, mais Robert m'a dit que ça resterait dans un coin, ils ne savent pas apprécier ce genre de chose. Mais peut-être étais ce pour me déculpabiliser.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 29

    Dernier cliché Le chef est un peu coincé, mais sa femme affiche la fierté

     Notre Grande Aventure au CAMEROUN 29

    Sur le chemin de retour, patrice, a aperçu un gros coquillage, un énorme escargot terrestre. Nous retrouvons nos trous d'eau, et repartons sur Kribi. 

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 29

    Nous n'avons pas beaucoup roulé aujourd'hui, 30 kilomètre à peine, mais j'ai engrangé de bon souvenirs et quelques photos souvenirs de plus.

     

     À SUIVRE ...

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 29

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • 29 novembre – sixième jour de notre aventure (6/7)

     

    On repart.

    Souvenez-vous ! Il a beaucoup plut la nuit dernière, et jusqu'à présent je n'y avais pas fait cas, les route étant goudronnées. Mais pour se rendre chez les pygmées nous avons empruntés ces vieilles routes de terre. Sauf qu'elle était une éponge ! les ornières profondes remplies d'eau.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 28

     La première était petite, mais certaines assez profondes, on voyant entrer l'avant du 4*4, mais allait-on ressortir sans encombres ?

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 28

    Pardonnez-moi, j'ai lâché l'appareil photo, pour sortir la pagaie. Rire général !

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 28

    Sinon, rien de spécial ! Des bambous !

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 28

    Des hévéas !

     Notre Grande Aventure au CAMEROUN 28

    Après une petite marche à pied nous arrivons aux cases, les habitants nous font asseoir sur les bancs en attendant le chef qui est à la chasse.

    La guide du secteur nous présente.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 28

    Robert aperçois un bébé, dans la tenue d'Adam, et ne peut s'empêcher de le prendre sur les genoux il adore les petits, nous l'avons vu plus avant et je l'ai remarqué à plusieurs reprises. Je souris et dit, _Vas y mon bébé, fait pipi. Rire !


    Du coup, aussi sec, le petit est sur les miens.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 28

    L'adorable poupon gazouille, jusqu'à ce qu'il réalise que j'ai la peau blanche.

     Notre Grande Aventure au CAMEROUN 28

    Je le rends donc à sa mère, qui vite le console en lui donnant le sein.

    Le chef est là.

    Et nous devons nous prêter au rituel. Robert me met dans les bras le carton contenant les achats que nous fait pour eux : du sel, du riz, et du savon, denrées qui pour eux sont un vrai trésor.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 28

    Je dois donc me présenter, {je suis une "Sawa", née à Douala, je suis venue pour découvrir le pays qui m'a vu naître et j'ai tenus à vous rencontrer…}, le tout traduit au fur et à mesure par la guide. Je suis très émue et j'ai du mal à terminer mon petit discours.

    Patrice aussi a dû dire quelque chose, {je suis son mari, et je suis heureux de la voir heureuse, bref mais tout était dit.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 28

    Nos présentations terminées, des bidons ont fait leur apparition et tous se sont mis à chanter et à danser devant le carton d'offrandes.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 28

    La femme du chef danse tour à tour avec tout le monde, un peu comme un remerciement.

    Notre Grande Aventure au CAMEROUN 28

    Elle est même venue inviter Patrice et a apprécié qu'il sache danser comme eux, en remuant les fesses.

     

    À SUIVRE

      Notre Grande Aventure au CAMEROUN 28

    Partager via Gmail

    1 commentaire