•  Je l'ai découvert quand j'ai déménagé, j'avais choisi au plus près et mon nouveau généraliste me l'avait recommandé

    La Clinique d’Occitanie à Muret 31600

    J'y ai trouvé les spécialistes dont j'avais besoin, super. J'ai bien déchanté par la suite...

    2008, après 10 longues années de souffrances à cause d'une vilaine vis qui comprimais le canal sciatique, mon chirurgien me propose, pour ne pas me faire faire un trop grand déplacement, de venir à la clinique. J'y suis bien reçue petit cadeau d'entrée (une petite trousse de toilette avec le minimum nécessaire), le repas sont à peu près corrects, je suis contente. Je suis soulagée, fini les vilaines sciatiques et sa copine cruralgie.

    medecins004.gif

    Mais voilà, la Clinique est reprise par les hôpitaux de Toulouse, et ça va changer du tout au tout... La bâtisse va s’agrandir il y aura plus de spécialistes, mais surtout, nous serons confronté au rendement, de longues files d'attente malgré les rendez-vous pris 3 mois à l'avance (à présent c'est 6, mais c'est partout pareil de nos jours), et quand on arrive dans le cabinet, on a tout juste le temps de s'expliquer que l'on te propose une aspirine (je suis allergique à l'aspirine, pas de problème trouve toi même autre chose) et l'on passe au patient suivant. Tu repars comme un con, sans solution à ton problème, qui a été traité par dessus la jambe.

    medecins004.gif

    2009, je me casse le petit orteil contre le poids qui coinçait la porte. Pat me conduit aux urgences de la clinique. Là, on me dit qu'on ne peut rien faire, il faut laisser le temps au temps. Je veux bien, mais la fracture est déplacée. L'infirmière tire un peu dessus et l'attache à ses deux copains, retour à la maison. Seulement ce qui devait durer 3 semaines, ne s'arrangera jamais, 6 mois plus tard on devra pratiquer l'ablation de cette phalange mal soudée. RAGEANT...

    2011 février, en prenant des photos de notre maison, je tombe dans une tranchée, mon appareil photo, ne s'en sortira pas, il est mort. Moi j'ai une vive douleur dans le dos et surtout, j'ai très peur pour le brochage de mon dos, d'autant qu'a présent il me manque deux vis... Transporté par les pompiers avec un questionnaire très complet, je resterais dans un couloir, à moitié nue sous une couverture de survie, durant plus d'une d'heure. J'ai froid, non je claque des dents, je pleure de douleur, et tente d’interpeller du personnel qui passe un gobelet de café à la main. _ah ! je peux pas appelez quelqu'un. Je sais qu'ils ont besoin de pause, mais dans mon brancard, je ne peux me déplacer, alors... Enfin, on me prendra, une simple radio vite faite, diagnostic, tour de rein, on me renvoie à la maison avec une ordonnance de Doliprane. Les jours passent, mais ça ne s’arrange pas, donc je vais voir mon chirurgien, qui après un scanner, découvre une fracture d'une vertèbre dorsale. Je devrais porter un corset rigide durant 45 jours, youpi... Je porterais plainte auprès des hôpitaux de Toulouse et serait écoutée et conseillée, ils porteront l'info vers la clinique... Mouai...

    2011 en octobre, ma chute n'a pas été anodine, elle a réveillé des maux que j'avais oubliés. Mon chirurgien propose de m'opérer, seconde arthrodèse, à la clinique pour m'éviter un trop grand déplacement, je ne suis pas chaude, mais j'ai entière confiance en mon chirurgien que je connais depuis les années 80, il me surveillera. Mais c'est sans connaitre la nouvelle politique de la clinique, personnel surchargé et rendement oblige. Il m'est interdit de m’asseoir, sinon sur un tabouret assis-debout, il n'en n'ont pas... Lors d'une radio de contrôle, je suis descendue en fauteuil roulant, j'attendrais durant 3 quart d'heure assise ainsi, j'essaie d'interpeller  quelqu’un, mais ils sont surchargés, cependant il y a des éclats de rire dans la pièce à coté. C'est en pleurs que je passe ma radio. Enfin je pars en rééducation...

    medecins009.gif

    Mais pourquoi je vous raconte tout cela allez-vous me dire...

    J'y viens...

    Mardi (le 24) dernier, je suis réveillée par un malaise, je suis en nage, mon horloge tic-taque bien trop vite, et surtout elle a des ratées, il manque des battements, je manque d'air, respiration courte et rapide, je me sens vidée et j'ai des vertiges. Le médecin ne pouvant venir, ce sont les pompiers qui interviennent. Comme mon dossier de cardiologie est à la clinique, c'est là, qu'à contre cœur, je suis transportée. Je passerais la journée sous surveillance, avec perfusion de "tranxene", on me fera un electro-cardiogramme, une prise de sang qui révélera un taux de "D-Dimères" un peu important, mais qui pourrait faire penser à une embolie pulmonaire, et donc un scanner, puis pour finir on me placera un holter vers 17h, que je devrais rapporter à 16h le lendemain. Bref, je n'ai rien, (serais-je une simulatrice? c'est l'impressions que l'on me donnée. En guise de traitement on me dit de ne plus boire de café. ? ? ? ? ?  Nous partons, je suis dans les choux, je demande les rapports sur les examens que j'ai subi : _ ah ! on ne les donnes plus. ? ? ? ? ?  On me donne juste un rapport du médecin urgentiste rédigé façon SMS

    gif anim� medecins016.gif

    Le trajet voiture me réveille les palpitations et je décide d'aller voir le généraliste, il regarde le seul document que je possède sur cette journée et écarquille les yeux. _C'est quoi ça ? des hiéroglyphes égyptiens ? Il parvient à déchiffrer partiellement et me demande quel traitement m'a été donné : _arrêter le café ! Il hausse les épaules, me demande ce que je bois par jour, _c'est pas ça qui provoque ce que vous avez ! Il me donne ce qu'il faut et je rentre à la maison

    gif anim� medecins016.gif

    Attendez ! C'est pas fini !

    Le lendemain, le téléphone sonne à 13h, la clinique me demande de rapporter tout de suite le holter, ils en ont besoin pour une autre patient. Je tente de faire comprendre que c'était prévu comme demandé la veille, mais à 16h et puis nous n'habitons pas la porte à coté ! La secrétaire me passe le médecin, qui elle, devient impératif. Pat se fâche, la discussion s'envenime, bref je m'habille, monte en voiture, et nous partons. Malheureusement nous rencontrerons des travaux, enfin nous arriverons pour 16h. Et LÀ ! Nous nous faisons incendier, le ton monte, Pat exige de voir le médecin : _ah ! mais ! il est parti en congé ! ! ! !  _Donnez-moi le holter ! _Je l'ai sur moi. Elle s'impatiente et me dirige vers une cabine, je ne me déshabille pas assez vite... Pat bout... Elle nous réprimande cette petite merdeuse de tout juste 40 ans. Mais à propos, qui est le malade ? Somme nous du bétail ?...

    gif anim� medecins016.gif

    Mais c'est pas fini !

    Nous demandons les résultats de la veille.

    • Le scanner : il faut descendre à la radiologie (Pat pique un fauteuil roulant, je ne suis pas en état de parcourir les dédales des couloirs)
    • Les analyses sanguines : Il faudra aller au laboratoire dans Muret, je sors de là en titubant et m'écroule sur une voiture...
    • Quand aux examens cardiaques : Il faudra attendre le retour de congé du cardiologue.

    medecins010.gif

    J'adore cette Clinique, et je suis en train de lui faire une belle publicité.

    Mon généraliste m'a donné ce qu'il faut pour me réguler un peu, mais aujourd'hui j'ai encore des manques et j'attends le plus calmement possible. J'ai arrêté le café, remplacer par du chocolat et des tisanes. Je ne fais plus rien sans souffler comme un bœuf, la moindre chose me provoque tachycardie et essoufflements, suivi bien sûr de perte d'équilibre. 

    medecins018.gif

    Aujourd'hui, je retourne voir mon généraliste.

    Je vais demander à la clinique, tout mon dossier cardio et changer de cardiologue, je vais me diriger vers Médipôle où je suis suivie pour mes "nonoss" et mes yeux, c'est une bonne clinique et tous les spécialistes y sont réunis. Et pour les urgences vers l'hôpital de St Gaudens (37km)

    medecins012.gif

    Néanmoins mon chéri refuse que je perdre le moral

    Alors j'ai le moral

    Mais je râle

    J'aimerais savoir ce que j'ai.

     

    **toutes les icônes viennent de :http://www.01gif-anime.com/metier/medecin/

     

    J'avais bien dit que je n'y retournerais plus, mais...

    Partager via Gmail

    8 commentaires
  • Fin JUIN, nous avons été invités pour témoigner de notre "Grand Voyage" auprès de l'agence Parisienne d'"Évanéos". C'est notre guide qui a organisé notre court séjour.

    Après une soirée si enrichissante, une veillée plus que tardive, et une nuit bien trop courte...

    Nous prenons congé et partons ce 30 juin vers 10 heures du matin. Idéal pour éviter le flot des parisiens qui vont au travail...

    Je branche le "GPS", la voix féminine me guide, MAIS ... Même si je suis au volant, je n'ai pas le choix du trajet, Pat, qui a horreur des GPS, en décide autrement, "_ non à gauche c'est plus court... ", "_ à droite c'est ce panneau qu'il faut suivre...", "_ ah, non, c'était par là, fais demi tour..."... Et j'en passe, c'est horripilant, les éclats de voix fusent, mais je tiens bon. Pour avoir la paix, je décide de suivre aveuglément Pat, malgré les avertissements du GPS qui me dit de faire demi-tour avec prudence ... Midi arrive vite et nous ne sommes toujours pas sur la "francilienne", les bouchons sont récurrents, mais je tiens toujours bon. L'heure avance, nous sommes enfin sortis des bouchons, mais nous ne sommes pas sur l'autoroute de bordeaux, mais ... celle de "BRUXELLES".

    Là j'explose, et lui intime l'ordre de fermer son clapet, il est presque 14h ...

    Après bien des tours, détours, et tours de c..., je suis sur la "francilienne" et je prends l'embranchement de bordeaux... Épuisée moralement et physiquement, je nous arrête dans la première aire de repos, ou nous prenons un en-cas et un bon gros café.

    Il est 15 heures 30, quand nous reprenons la route ... Cette fois ci le trajet est tracé, Pat prend le volant, moi mon tricot. Il pleut des cordes, et Pat file... Je lui signale qu'il roule trop vite, "_Oh ! ça va ..."... Après tout, il sait ce qu'il fait ...

    Les km défilent et mes mailles aussi, tout à coup je crie, Pat à manqué de peu le Q d'un fourgon. Il est surprit et me donne une excuse bidon, mais bon je le crois, je fais confiance. Je propose de reprendre le volant "_non,non, ça va" ... Je lui redis de baisser sa vitesse, la pluie redouble, "_grrrr". Je reprends mon tricot ...

    Mais les mailles deviennent de plus en plus lourdes et je m'endors.

    Un grand BOUM me réveille, je réalise alors que Pat, lui aussi, s'est peut-être endormi. Nous avons embrassé la barrière de sécurité centrale. Toujours à grande vitesse, et malgré mes coups de gueule, Pat va plus loin se ranger sur la bande d’arrêt d’urgence. Il sort du véhicule, il n'est pas blanc comme un linge, mais gris... Il est choqué ... Il me raconte qu'il a été gêné par une voiture qui l'a doublé par la droite pour passer devant nous... Bon ! ...

    Il est 17h30 et nous avons encore 550 km à faire ...

    Je reprends le volant et m’arrête sur la première aire de stationnement, je prends un double expresso et tremblante, je me pose. C'est alors que je réalise, que si, pour une raison quelconque, notre voiture s'était mise en travers, nous étions bon pour un formidable carambolage, comme on en voit tant à la télévision. Il y a pas mal de véhicules qui nous ont dépassés à grande vitesse, personne ne s'est arrêté ...

    Je ferais 3 autres haltes pause café (double expresso) et nous ramènerais gentiment à la maison, en ne dépassant pas le 100, même moins quand la pluie tombait. Nous sommes chez nous, il est un peu plus de minuit. Je suis alerte (le café), mais moulue et mon pied a doublé de volume. On déchargera la voiture demain...

    Après une bonne nuit de sommeil et la grasse matinée, on décharge, et là ...

    Vous croyez aux "Anges-Gardiens" ? Et bien moi, oui ! On s'en sort plus que bien, rien que de la tôle froissée, sur une autoroute et à grande vitesse, c'est presque incroyable ...

     

    "Notre escapade", le retour

    "Notre escapade", le retour

    L'expert est passé, on change l'aile avant, la portière conducteur, la jante avant, on restaure la portière passager, l'aile arrière reste en suspens, si la restauration est impossible on change ... Passage obligé au parallélisme, quand ça touche une roue, c'est obligatoire ... Plus de peur que de mal ... Nous n'avons que frotté sur la glissière de sécurité, pas de chocs importants, mais l'empreintes de la barrière est bien marquée, c'est enfoncé...

    Bon l'assurance prends en charge les réparations, ouf, soulagement...

    Pas mal , notre virée à Paris, j'en tremble encore ...

     

    "Notre escapade", le retour

     

    Partager via Gmail

    8 commentaires
  • Un dimanche très ensoleillé

     

    Inversion des roles

    Le lendemain, nouveau pique nique au Lac de Saint Ferréol, avec nos amis, le "parrain et la marraine" d'Elfy, hi, hi, et leur fille ....

     

    Inversion des roles

    Petite promenade sur les berges du lac. Le lac est situé dans la montagne Noire. Un barrage sur un verrou rocheux permet de retenir les eaux du lac. Ce barrage a été construit par Pierre-Paul Riquet entre 1667 et 1672 dans le but d'alimenter le canal du MidiPour en savoir plus c'est ici.

     

    Inversion des roles

    Coucou ! Vous me voyez ?

     

    Inversion des roles

    Elfy ! Va chercher le caillou ! Bon il a fallu forcer un peu pour qu'elle se mouille les pattes et surtout boivent un peu, il faisait assez chaud.

     

    Inversion des roles

    Des visiteurs à l’affût de quelques miettes jetées pas les promeneurs.

     

    Inversion des roles

    Du haut de la cabane des sauveteurs, Robert admire le paysage.

     

    Inversion des roles

    Nous sommes descendu jusqu'à la cascade et le jet d'eau.

    Oui mais ! Il a fallu remonter, pas facile pour moi et Pat tire la jambe. Robert se voit confié nos clés et avec notre ami, ils sont partis chercher les voitures. On se retrouvera tous devant une bonne glace.

    Inversion des rôles 2/2

    Inversion des rôles 2/2

     Le volume de la retenue du lac de St Ferréol se révèle insuffisant. Après sa tournée d'inspection en 1685, Vauban décide de creuser la percée des Cammazes et de surélever le barrage pour créer une réserve d'eau. Plus ici. Le barrage des Cammazes (81)

     

    Inversion des rôles 2/2

    C'est beau, mais il ne faut pas regarder en bas, brrr, ça donne le vertige.

     

    Inversion des rôles 2/2

    De l'autre coté, l'eau est traité et fourni en eau potable 200 communes, elle alimente également les cultures et contribue à l'alimentation du canal du midi.

     

    Le soir tombe et nous rentrons tous à la maison, on finira les restes de midi avant de se séparer. Il est tard, ou tôt devrais-je dire... Mais on va dormir un peu ...

    Inversion des rôles 2/2

     

    Demain, enfin tout à l'heure, levé 5 heures, nous amenons Robert à son lieu de départ. Et oui, ça a été très court, trop court ... On remet ça bientôt...

     

    En revenant à la maison, Pat et moi nous sommes recouchés, j'ai émergé à midi ... Ces 4 jours intenses m'ont lessivés, j'ai eu un peu de mal a me requinquer. Mais que de bonheur ...

     

    Inversion des rôles 2/2

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  • En novembre 2016, au Cameroun, Robert notre guide nous faisait parcourir le pays pour notre plus grand plaisir.

    Ces jours-ci, nous avons inversé les rôles, Robert est venu passer quelques jours chez nous.

    Inversion des roles

    Sur notre bateau-jardinière, Pat avait monté les couleurs, Robert en a été très touché.

    Inversion des rôles 1/2

     

    Inversion des roles

    Nous l'avons emmené à Superbagnères, 2000m d'altitude, station de ski sur les hauteurs de Luchon (31)

    Inversion des roles

    Robert a admiré le site, le toit des cimes enneigés, il s'est émerveillé.

     

    Inversion des roles

    Bon d'accord, il n'y avait plus de neige à cette altitude et la station est fermée (pour le ski), elle ouvrira un peu plus tard pour les activités d'été. Néanmoins le point de vue est sublime.

    Inversion des roles

    Il faisait froid et j'ai remis ma veste polaire. Nous avons fait le tour de l’hôtel, ancien et nouveau. Derrière l’hôtel étaient rangés en rand d'oignon 2 dameuses  et un chasse neige, quoique tout trois pouvaient être transformés en fonction des besoins, les éléments étaient rangés à coté, 3 bons gros engins. Nous avons approchés les remontés et les télésièges.

    Inversion des roles

    Robert parcourait au pas de courses le site, suivi d'Elfy qui le suivait partout, la coquine avait lié amitié avec lui.

    Inversion des roles

    Petit pique-nique, pissaladière, salade de pâtes et gâteau à l'ananas.

    Inversion des rôles 1/2

     

    Inversion des roles

    Le lendemain, nous avons réuni la famille, Robert en tenue traditionnelle, a conversé naturellement avec tous, tout heureux de rencontrer mes enfants. Le repas s'et terminé par un toast ou Robert remerciait chaleureusement, notre famille et le Seigneur qui avait béni cette rencontre. Ma fille aînée a remercié cet homme qui avait exaucé le rêve de sa mère. Moi, j'ai essayé de dire quelque chose, mais l'émotion était trop forte et j'ai fondu en larmes, des larmes de joie, un grand bonheur.

    Inversion des roles

    Si, avant le repas, Max, mon petit dernier, avait voulu jouer avec notre tondeuse auto-portée et tondu tout l'arrière de la maison, après le repas, il a décidé de nettoyer le bassin à poisson, nous avons beaucoup rit, les gags ont jalonné cette journée.

    Robert était ravi de cette réunion a laquelle, il a participé, un vrai courant est passé entre tous.

    Inversion des roles

    Ah ! j'oubliais, la bonne nouvelle, Max et Mad attendent un heureux événement, ce sera pour Novembre. Je vais être grand-mère, hi, hi,...

     Inversion des rôles 1/2

     

    J'ai encore à vous raconter, à demain ...

     

    Inversion des rôles 1/2

    Partager via Gmail

    6 commentaires
  • Voilà 10 jours que je ne peux accéder à rien, VIVE INTERNET

    Quand ça ne marche pas, ça ne marche pas...

    AH ! QUAND MÊME ! ...

     

    Je dois m'y reprendre à 10 fois pour accéder à un site. Pas même ma banque...

    Si je parviens enfin à ouvrir une de vos pages, rien à faire pour laisser un commentaire, grrrrr...

    AH ! QUAND MÊME ! ...

    Idem pour mon propre blog, et apparemment c'était tout notre coin qui était touché, une amie qui habite pas très loin de nous, en disait autant. Rageant...

    AH ! QUAND MÊME ! ...

     

    Le plus dur était de prendre patience, une horreur...

    Et le temps dehors n'est pas clément, les giboulées sont fréquentes et très violentes, le vent souffle à perdre haleine, il fait très froid, on se croirait encore en hiver. Alors que faire, quand tout nous fait râler ?

     

    Et Puis...

    Cet Après-Midi...

    AH ! QUAND MÊME ! ...

     

    ENFIN !

    Tout est rentré dans l'ordre, j'ai pu faire tout ce que j'avais besoin, pas trop tôt, je craquais...

     

    Donc je peux reprendre le cours de mes envies

    À bientôt

     

    AH ! QUAND MÊME ! ...

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • J'entendais des coups de marteau, intriguée je suis allé voir ...

    Et j'ai découvert Mac Giver, faisant péniblement, un travail de forçat...

    Le travail pénible du cantonnier...

    Dans son film, il s’imaginait, il y a quelques décennies, en train de casser des cailloux dans un pénitencier américain ... 

    Le travail pénible du cantonnier...

    Il se mettait dans la peau de "Paul Newman" dans le film de 1967 "Luke la main froide"

    https://youtu.be/FqRcOlnTWb8

     

    Il est vrai que la ressemblance est frappante, (morte de rire)

    https://youtu.be/PER8zHm8pj0

     

    Blond, ça colle,

    Les yeux bleus, ça peut coller aussi,

    Grand, ouiiiii 1m65,

    Les tablettes de chocolat, euh je cherche c'est plutot la mousse

    Le sourire charmeur, j'avoue que celui de Mac Giveur fait craquer lui aussi

    La ressemblance est donc Frappante ....

    Tap ! Tap ! Ping ! Ping ! Tap ! Ping ! ...

     

    Une fois tout cassé il a déversé les morceaux sur le parking de midi, pour combler les trous

    Quel boulot, il a bien du mérite, pfffff...

     

    Le travail pénible du cantonnier...

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • Le 4 avril, j'étais opérée

    Le 6 avril, contrôle : 10/10 à l'oeil

    Pour le moment les 2 yeux en désaccord, se font une gentille guérilla. Vivement Mardi prochain.

    MERCI pour vos gentils encouragements.

    Gros bisous

    Partager via Gmail

    5 commentaires
  • Je pensais ne plus avoir la niaque pour aligner des petites croixxxx, je fatiguais très vite.

    L'ouvrage me lassait-il ? N'avais-je plus envie de le finir ? Étais-je blasée ?

     

    En fait, voilà ce qu'à confirmé mon ophtalmologue.

    Je savais que j'étais une future candidate, mais là, le couperet est tombé assez rapidement.

    Je vais devoir faire une PAUSE ...

     Je vais devoir faire une PAUSE ...C e voile qui s'agite devant mes yeux

    tténue doucement ma vision

    T rouble insidieusement mon horizon

    A ltération optique du cristallin

    R esponsable de mes flous visuels

    A menant dans son sillage

    C éphalées, migraines et vertiges

    T raitements médicaux inexistants

    E t donc, Opération...

    Je vais devoir faire une PAUSE ...

    J'y passe le 4 et le 11 avril

    Chirurgie maîtrisée, je sais, néanmoins, j'ai peur...

    Envoyez-moi vos ondes positives...

    Je vais devoir faire une PAUSE ...

    Je reviens vers vous dès que possible

    Je vous embrasse

     

    Je vais devoir faire une PAUSE ...

    Partager via Gmail

    8 commentaires