• P.P.S. envoyé par Maryse, plus connue sous le pseudo de Athos-mohican.

    Elle publie parfois sur son blog "SAMABREM"

     

    Un reportage très prenant

    Course de Sous-Marins

    *

    Course de Sous-Marins

    *

    Course de Sous-Marins

    *

    Course de Sous-Marins

    *

    Course de Sous-Marins

    *

    Course de Sous-Marins

    *

    Course de Sous-Marins

    Je me suis laissée prendre moi aussi, j'avoue avoir cherché au moins un périscope, mais...

    Course de Sous-Marins

     

     

     

     

    Course de Sous-Marins

    Partager via Gmail

    5 commentaires
  • Ma coquine de Maman, m'a envoyé ce texte qui court sur le net.
    Je connaissais les chansons érotico-coquines de Pierre Perret, qui a décrit l'amour sous toutes les coutures, mais sans vulgarités.
    Les sketches plus ou moins osés de Bigard ou autres... Trop osées pour moi.
    Sans compter les chansons paillardes que je n'apprécie pas du tout. 
     
    Mais là je l'ai trouvé mignon et pourtant si osé pour l'époque.
    Mais est vraiment de Mme de Grignan ? ? ?
     
    La version grivoise est-elle vraiment ancienne ?
    L'article dit : "Une vieille version grivoise a été adaptée par Guy Breton (paroles), Raymond Legrand (musique) et Colette Renard (interprétation)
     
    Véridique ou pas, j'ai trouvé cela coquin et amusant, sans vulgarité. 
    Je vous le livre
     
    Ecrit en 1660, c'est un classique, mais on ne s'en lasse pas.
    Poésie de la Marquise de Grignan, fille de Mme de Sévigné.
     
    Ah ! vous dirais-je Maman
    A quoi nous passons le temps
    Avec mon cousin Eugène ?
    Sachez que ce phénomène
    Nous a inventé un jeu
    Auquel nous jouons tous les deux.
     
    Il m'emmène dans le bois
    Et me dit: "déshabille-toi ".
    Quand je suis nue tout entière,
    Il me fait coucher par terre,
    Et de peur que je n'aie froid
    Il vient se coucher sur moi
     
    Puis il me dit d'un ton doux :
    "Écarte bien tes genoux"
    Et la chose va vous faire rire
    Il embrasse ma tirelire
    Oh ! vous conviendrez Maman

    Qu'il a des idées vraiment !
     
    Puis il sort, je ne sais d'où
    Un petit animal très doux,
    Une espèce de rat sans pattes
    Qu'il me donne et que je flatte.
    Oh ! le joli petit rat !
    D'ailleurs, il vous le montrera.
     
    Et c'est juste à ce moment
    Que le jeu commence vraiment.
    Eugène prend sa petite bête
    Et la fourre dans une cachette
    Qu'il a trouvée, le farceur,
    Où vous situez mon honneur.
     
    Mais ce petit rat curieux,
    Très souvent devient furieux.
    Voilà qu'il sort et qu'il rentre
    Et qu'il me court dans le ventre.
    Mon cousin a bien du mal
    A calmer son animal.
     
    Complètement essoufflé,
    Il essaye de le rattraper.
    Moi je ris à perdre haleine
    Devant les efforts d'Eugène.
    Si vous étiez là, Maman
    Vous ririez pareillement.
     
    Au bout de quelques instants
    Le petit rat sort en pleurant.
    Alors Eugène qui a la tremblote
    Le remet dans sa redingote.
    Et puis tous deux, nous rentrons
    Sagement à la maison.
     
    Mon cousin est merveilleux
    Il connait des tas de jeux
    Demain soir, sur la carpette
    Il doit m'apprendre la levrette
    Si vraiment c'est amusant
    Je vous l'apprendrai en rentrant.
     
    Voici ma chère Maman
    Comment je passe mon temps.
    Vous voyez je suis très sage.
    Je fuis tous les bavardages
    Et j'écoute vos leçons :
    Je ne parle pas aux garçons
    .
     

    Au temps où l'on savait écrire coquin sans être vulgaire

    Partager via Gmail

    6 commentaires
  • Après cela on se sent beaucoup mieux

    https://youtu.be/th9doc-A9B4

     

    Depuis quelques temps Pat et nous entraînons sérieusement

    QUOI !

    Vous ne me croyez pas ?

    Si, si avec ses 2 prothèses de hanches et mes 3 arthrodèses, on fait des miracles

    À faire tous les matins...

    Je vous embrasse

     

    À faire tous les matins...

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  • Tous les 10 ans, d'anciens copains se retrouvent pour passer une bonne soirée ensemble. 

    Au moment de fêter leurs 40 ans , ils se retrouvent et se demandent où passer cette soirée. 
    Au début ils n'arrivent pas à se mettre d' accord sur le lieu mais l'un d'eux propose : 
    "Allons au restaurant « Chez Pilou », la serveuse est vraiment jolie et porte toujours un chemisier avec un décolleté bien plongeant. " 

    Aussitôt dit, aussitôt fait.

    10 ans plus tard, pour leurs 50 ans , ils se retrouvent à nouveau et se demandent où passer la soirée mais l'un d'eux propose : 
    "Allons au restaurant « Chez Pilou », on y mange très bien et la carte des vins est excellente ." 

    Aussitôt dit, aussitôt fait. 

    10 ans plus tard, quand ils fêtent leurs 60 ans , ils se retrouvent à nouveau et se demandent comme d'habitude où passer la soirée et l'un d'eux propose: 
    "Allons au restaurant « Chez Pilou», c'est calme et non-fumeur ." 

    Aussitôt dit, aussitôt fait. 

    10 ans plus tard, pour leurs 70 ans donc, ils se retrouvent et se demandent où passer la soirée et l'un d'eux propose : 
    "Allons au restaurant « Chez Pilou », c'est bien adapté aux fauteuils roulants et il y a un ascenseur." 

    Aussitôt dit, aussitôt fait.

    Dernièrement, ils fêtaient leurs 80 ans et se demandaient où aller. L'un d'eux proposa : 
    "Allons au restaurant « Chez Pilou ». 
    Et tous de répliquer : - 

     
    " Bonne idée, nous n'y sommes jamais allés !" 

    Ne riez pas, c'est peut-être nous bientôt 
     

     
    Mince je ne sais plus où il est ce resto 

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Voilà qui résoud, les problèmes de longueurs de chantier, dues au retard, maladie et tout les tsoin-tsoin

     

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  • petit exercice à faire tous les matins !

     

    Moi, je m'y colle, dès demain

    la corde...

    la corde...

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • Le plaisir d’essence.....

    Il y a des poètes sur tous les sujets même les plus..... inattendus !

     

    Dans ce monde de brut de moins en moins raffiné nous passons Leclerc de notre temps à faire l’Esso sur des routes, pour au Total quel Mobil ?

    On se plaint d’être à sec, tandis que le moteur économique, en ce temps peu ordinaire, est au bord de l’explosion, dans un avenir qui semble citerne.

    Il conviendrait de rester sur sa réserve, voire, jauger de l’indécence de ces bouchons qu’on pousse un peu trop loin.

    Il y a des coups de pompes ou des coûts de pompes qui se perdent.

    La vérité de tout cela sortira-t-elle du puits de pétrole ? Qu’en pensent nos huiles ?

    Peut-on choisir entre L’éthanol et l’État nul voilà qui est super inquiétant.

    C'est en dégainant le pistolet de la pompe qu'on prend un fameux coup de fusil.

    Je vous laisse réfléchir sur cet axe là ou sur ces taxes là

    Bonne route à tous !

     

    Bravo à celui ou celle qui a pondu ce texte, je le trouve Super ;)

     

    Poésie des carburants

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Je l'ai trouvée géniale

    Quelle est l'évaluation de votre maison

     

    Vous n'avez pas, vous aussi cette étrange sensation???????

     

    Quelle est l'estimation de votre maison

    Partager via Gmail

    4 commentaires