• Notre séjour de fin d'année 2018/2019, au Cameroun 02

    Au cours de ce séjours de 3 semaines, nous avons eu des "Bof, bof, bofs...", des situations aberrantes, des parfois scandaleuses , ou encore, des ...

    Mais fort heureusement, il y a eu des ""Wouhahououououou...", et cela vient effacer les déceptions. Effacer non, disons, recouvrir, cacher, estomper, mais on ne peut oublier. Et ces "Wouhahououououou..." seront des souvenirs gravés dans ma mémoire.

    Notre séjour de fin d'année 2018/2019, au Cameroun 02

     

    Les "Bof, bof, bofs..."

    Bon ! Je sais ! Je ne suis pas gentille ! Vous attendiez autre chose...

    Mais il faut bien commencer par là, pour comprendre la suite.

    Nous avons embarqués avec la compagnie "Royal Air Maroc", la RAM comme il disent. Vous voyez de superbes vidéos publicitaires à télé et nous que ce serais, peut-être pas aussi formidable, mais au moins correct. Malheureusement il n'en est rien. Peut-être dans les classes de premières ou business, mais pas en classe économique. 

    Notre séjour de fin d'année 2018/2019, au Cameroun 02

    L’aller, le 21 décembre 2018

    Notre premier saut de puce, Toulouse/Casablanca 9h30, vol AT791, Embarquement dans les règles, les fauteuils en premier. Nous étions dans un petit avion, un peu serrés, mais à peu près correct. Un atterrissage un peu brutal, mais bon ! Je n'ai souffert des oreilles que modérément. Donc nous débarquons à Casablanca pour une escale de 8 heures, et on nous déconseille de décharger mon fauteuil roulant, le suivi deviendrait trop compliqué.

    Second saut de puce, Casablanca/Yaoundé, Vol AT509, Très fatigués par les em... de nous embarquons, dans la bousculade des voyageurs pas mal excités, (je vous en parle plus bas), l'avion n'est guère plus gros que le précédent. J'ai eu du mal à rejoindre nos places malgré l'aide du steward. Mon siège ne s'incline pas et j'ai subit 5 heures assise au carré, sans vraiment pouvoir trop bouger. Lors de la distribution des repas, nous avons la surprise de constater les restes du repas des passagers précédents, Pat coté hublot, a même une poubelle coincé entre la carlingue et son siège. Ne parlons pas des toilettes inondées, papiers sales,qui jonche le sol, chasse non tirée et papier toilette mouillé, j'ai eu du bol de ne pas tomber, ni me salir. Atterrissage super, j'ai rien ressenti, enfin nous sommes arrivés. J'ai très mal au dos, mon amie Cruralgie m'accompagne méchamment.

    Les aéroports à présent :

    Aéroport de Toulouse : correct rien à redire

    Aéroport de Casablanca : C'est une escale de 8 heures programmés, on nous déconseille de reprendre mon fauteuil, on m'en prêtera un. Un bus nous attend pour nous emmène vers l’hôtel de repos. J'ai du mal à marcher, heureusement après un repas on nous conduit dans nos chambres et je peux m'allonger. Après un repos réparateur 19 heure il faut regagner l'aéroport. Pas d'assistance. On nous fait asseoir dehors, sur un banc de pierre, en nous disant, attendez là on vient vous chercher. Une heure passe, rien, la nuit est tombée, le vent s'est levé et le froid s'installe. Prenant un chariot de bagage, qui me servira de déambulateur, Pat me fait rentrer dans l'aéroport. On nous dit d'attendre dans un espèce de réduit qui a dû servir autrefois de guichet, sale, aux sièges maculés. On attend... Pat va arpenter de long en large l'aéroport, pour se renseigner, Personne ne sais rien, c'est pas le bon guichet, etc... Bref au final, l'avion à 3 heures de retard. Trois heures que nous passerons, sans aucun confort, je ne suis pas seule, un monsieur attend comme nous avec la même incertitude. Enfin on vient, les fauteuils roulants sont enfin là, et on nous emmène dans le hall d'embarquement. Je souffre de plus en plus et me voyant en pleurs un surveillant me propose une salle de repos, qui sera très vite envahie par d'autre voyageurs indélicats, la salle de repos devient une cour de récré, mais au moins je suis allongée.C'est pas fini... Au terme des très heures nous remontons dans le hall d’embarquement. Quelques minutes plus tard les hauts-parleurs hurlent que notre avion aura encore du retard et qu'un en-cas nous sera servi 2 étages plus bas. Sans assistance, Pat va me pousser, et moi je pousserais le chariot, imaginez un peu le tableau. Dans le froid et les courant d'air du sous-sol, nous voyons arriver les en-cas. Mais ... On nous les servira que dans le hall d'embarquement. La colère gronde parmi les voyageurs excédés. Rebelote pour le petit train... Dans le hall, c'est la colère qui grandit, 2 furies excédées harangue la foule et une émeute se déclenche. Je suis terrifiée et Pat n'en mène pas large non plus. Par peur Pat me cache derrière un guichet et me tend un sandwich insipide et un schweps. Beurk, mais nous avons faim et soif. Enfin nous embarquons, mais les handicapés EN DERNIER.

    Aéroport de Yaoundé : Correct, Je récupère enfin mon fauteuil et nous Notre famille de cœur nous prend en charge. Ouf, Enfin ! Il est 8 h 30 le 22 décembre. Si je compte bien nous n'avons dormi durant plus de 24 heures.

    Notre séjour de fin d'année 2018/2019, au Cameroun 02

    Le Retour, le 8 janvier 2019

    Premier saut de puce, Yaoundé/Casablanca, vol AT507, Nous montons les derniers et personnellement je subirais 2 contrôles. Du coup la compagnie Royal Air Maroc nous retire notre Bagage-cabine, plus de place à bord, oust, en soute. Mais celle-ci contient ma ceinture de maintien lombaire, mes bas de contention, des vêtements chauds pour nous changer à Casablanca, et surtout mes médicaments. Rien n'y fait il sont indifférents. Celui -ci, nous assure-t-on, nous sera rendu à Casablanca. Mais bien sûr... Pfff... Là encore nous sommes dans un petit avion, serré comme des sardines et mon siège ne s'incline pas, là aussi les tablettes de repas sont... Beurk !. Ma bonne humeur et ma forme vont être mis à rude épreuve.

    Second saut de puce, Casablanca/Toulouse, Vol AT790, Nous sommes bien installés, juste derrière les première classe, mais à quel prix, (je vous en parle plus bas). Le steward viendra souvent demander de mes nouvelles, mais que peut-il faire, sans médication, je souffre le martyrs. Quand à mes jambes, au bout d'une heure, elles ressemblent à des pieds d'éléphant, j'aime les éléphants mais pas au point de leurs ressembler. Une seconde couverture, des chaussettes, me seront donnés mais je n'arriverais pas à me réchauffer. Arrivée à Toulouse, mon fauteuil est le premier bagage sorti de la soute, Bizarre non !.

     

    Les aéroports à présent :

    Aéroport de Yaoundé 4 heures du matin : On m'a confisqué mon pot de miel, pot en plastique, pourtant au trois quart mangé et bien emballé selon leurs règles. La contrôleuse avait sans doute une petite faim.

    Aéroport de Casablanca : Notre bagage-cabine ne nous sera pas rendu malgré leurs promesses et nos revendications. Il faisait 26° à Yaoundé (pourtant à 4h du matin) et il fait 6° à Casablanca, nous sommes transit de froid. Mon fauteuil non plus, d'accord il m'ont laissé le leur, mais pas aussi confortable que le mien et je devrais attendre 3h assise sur un fauteuil mal étudié pour moi et toujours SANS CALMANT. On nous conduit directement dans le hall d'embarquement, et puis plus personne pour nous seconder. Encore une fois Pat va arpenter les couloirs, malgré une hanche qui le fait souffrir et le fait boiter, pour tenter au moins de récupérer le bagage-cabine, lui aussi un calmant serait le bienvenu, peine perdue, de vraies bourriques. 3 heures, c'est long quand on a mal et froid. Enfin, c'est le moment d'embarquer, trois fauteuils roulants, deux autres femmes sont dans le même bateau. Nous sommes positionnés face au sas d'embarquement en plein courant d'air, nous sommes transis de froid, surtout pat et moi qui sommes encore en tenues d'été. Mes compagnes d'infortune et Pat regardons impuissants, On fait monter tous les passagers devant nous, certains sont même contrôlés 2 fois, ça retarde. Pat va bien essayer de plaider pour nous trois, on l'ignore totalement. Parfaitement incorrects, ils lui tournent le dos. On pousse même le vice, jusqu'à nous faire attendre les derniers retardataires, rappelés à 3 reprises. Ça y est l'avion est complet, Une fois le guichet fermé, on nous descend une par une. Vite, vite, les moteurs chauffent déjà. Devant la porte de l'avion, on me dit de me lever pour me rendre à ma place. Mon dos et ma jambe me font souffrir et je ne peux me lever, trop mal. Mais on hausse la voix, ils ne veulent pas de retard supplémentaire. On m'aide pour me lever, mais, on me lâche pour récupérer le fauteuil. Là, un étourdissement, mes jambes lâchent et je tombe lourdement, je ne sais sur quoi je suis tombée, mais la douleur est fulgurante. Là, on me propose de me faire transporter par vol sanitaire, mais Nous serions séparés Pat et moi. Je fond en larmes. Du coup branle-bas de combat, on déplace deux voyageurs, et on me porte sur la première place, juste derrière les premières classes. Mes compagnes d’infortune et moi, n'en resterons pas là, à l'arrivée nous feront une réclamation auprès de la compagnie.

    Aéroport de Toulouse : Bien pris en charge, l’assistant handicap nous aidera à récupérer tous nos bagages et nous accompagnera jusqu'au bout.

    Notre séjour de fin d'année 2018/2019, au Cameroun 02

    Au final, médecin, kiné sont de rigueur ! Pat aussi à morflé.

    Une lettre de réclamation est partie auprès du siège de "Royal Air Maroc" et copie à l'agence de voyage, qui va nous appuyer, nous voulons faire jouer l'assurance "assistance multirisque sécurité" que nous avons souscrit tous les deux, au départ.

    Seront nous pris au sérieux ? J'espère ! Mais...

    Je croise les doigts...

    Notre séjour de fin d'année 2018/2019, au Cameroun 02

    Pardon si j'étais un peu longue, mais je ne pouvais tronquer cela en plusieurs articles.

    Allez la prochaine fois j'ai des "Wouhahouououous" pour vous.

     

    Notre séjour de fin d'année 2018/2019, au Cameroun 02

    « Notre séjour de fin d'année 2018/2019, au Cameroun4 Leçons »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    10
    Mercredi 30 Janvier 2019 à 07:00

    Waouh ! C'est inadmissible de traiter des personnes de cette manière. J'espère que vous aurez gain de cause. Bisous.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    9
    Lundi 28 Janvier 2019 à 17:09

    J'oubliais de dire :

    Un ami était venu nous chercher à l'Aéroport. Nous avions laissé deux vestes polaires lors de notre départ, on les a très vite enfilées. José nous a ramené chez nous et on a commencé à vider les valises de la voiture. Sauf que, avec le froid saisissant, et en attrapant une valise, Pat s'est bloqué la hanche, il pleurait de douleur. Vite, vite, José à sorti le fauteuil roulant, nous l'avons hissé dessus. C'est ainsi qu'il a fait son retour à la maison. Au lit le vieux tout cassé...

    On a tout de même rit en buvant un café, parfois la colère se transforme en rire. Et puis il faut rire, c'est bon pour la santé et le moral.

                          shocked money intello biggrin bad he yes happy wink2

    8
    Lundi 28 Janvier 2019 à 12:50

    Quel terrible voyage !

    Vous avez bien fait de réclamer, j'espère que la suite donnée sera bonne.

      • Lundi 28 Janvier 2019 à 16:54

        Horrible tu l'as dit, mais heureusement ce n'était que 2 jours sur 3 semaines.

        Quand à notre réclamation, je n'ai pas osé mettre plainte, pourtant j'aurais dù, j'espère que j'aboutirais...

        Je t'embrasse

    7
    Lundi 28 Janvier 2019 à 12:48
    Mamieminette

    Des souvenirs de voyage dont on se passerait!

    Douce semaine

    bises

      • Lundi 28 Janvier 2019 à 16:51

        Certes, mais cela nous a permis de voir l'attention qui nous a été porté par notre "famille de cœur", ils se sont pliés en 4 pour nous soigner et nous venir en aide. Un élan du cœur qui nous a surpris et charmé.

        Je t'embrasse

    6
    Lundi 28 Janvier 2019 à 09:46
    LADY MARIANNE

    je pense que vu les prix bas --- ils économisent sur tout--
    beurk le reste de repas ! la honte-
    j'espère que vous aurez gain de cause-
    bisous et belle nouvelle semaine-

      • Lundi 28 Janvier 2019 à 16:47

        Qu'ils économisent, je veux bien le comprendre mais l'hygiène... quand même !

        Faut pas s'étonner que Pat et moi ayons été malades (2 jours au lit avec nausées accompagnées et diarrhées aiguës). Remarque dans un sens ça a été utile, nous avons perdu des kilos supperflus, faut le voir avec humour

        Je t'embrasse

    5
    Lundi 28 Janvier 2019 à 09:12

    Quel voyage horrible ! tu as été très courageuse.

    Belle journée, bisous

      • Lundi 28 Janvier 2019 à 16:43

        Je n'ai plus d'ongles, j'ai tout rongé si l'on peut dire. J'ai pas bouffé mes poings, mais les larmes coulaient toutes seules. Enfin je verrais bien la suite...

        Je t'embrasse



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :